Traitement des données Buts de l’étude Structure de l’étude
© Christian Sticherling, David Conen 2018
La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme cardiaque le  plus fréquent dans l’ensemble de la population. En raison des  changements démographiques dus notamment à l’espérance de  vie en hausse, on s’attend à ce que l’occurrence de la FA  augmente dans les années à venir. Les patient-e-s souffrant de FA présentent plusieurs risques de complications graves. Par  exemple un risque 4 à 5 fois plus élevé d’accident vasculaire  cérébral, ainsi qu’un risque d’arrêt cardiaque 10 fois plus  important en comparaison avec les individus qui ne souffrent pas  de FA. De plus, de récentes études ont mis en évidence une  qualité de vie réduite ainsi qu’un risque accru de troubles cognitifs  (par. ex. capacité à mémoriser) et de démence auprès des patient- e-s atteint-e-s de FA.  Ainsi, la FA est devenue un problème de santé publique  considérable en Suisse. L’amélioration des stratégies de  traitement qui visent à minimiser les risques d’événements  invalidants tels qu’un AVC, un arrêt cardiaque ou une démence  aura par conséquent un impact positif de poids sur la santé  publique. De plus, l’optimisation des soins médicaux et des  résultats cliniques possède l’énorme potentiel d’être rentable,  voire économique, du moment que ces facteurs de risque sont  significativement associés aux coûts des soins.  

Introduction

L’étude Swiss-AF est financée par le Fonds National Suisse de Recherche Scientifique (FNS).
Home Aperçu de l’étude Contexte de l’étude Centres Contact Links Contexte de l’étude